AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Roman O'Reily [ACCEPTÉ] ~ Serpentard (5e année)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roman O'Reily
Serpentard 5e année
 Serpentard  5e année
avatar

∎ Localisation : Habillé (enfin) au rez de chaussée.
∎ Humeur : Amoureux et marié
∎ Vie Sociale : Ma Femme (façon de dire, mais on fait genre), Cid ♥️
Ma compagne de beuverie, Law
Mon presse-livres, Howell
Ma plaie de dortoir, Fred Weasley
Ma plaie tout court, Vivi
Ma famille, irlandaise, pure-souche, exclusivement
Mes camarades de dortoir, pas l'choix
Mon pote de débauche, Lennis
Ma directrice de maison, aïe


MessageSujet: Roman O'Reily [ACCEPTÉ] ~ Serpentard (5e année)   Lun 18 Juin - 0:32




COPYRIGHT BY Rose




NOM: O’Reily
PRÉNOM: Roman
SURNOM: Manny
DATE DE NAISSANCE: 29 décembre 2003
AGE: 15 ans
NATIONALITÉ ET ORIGINE: Irlandais, sang-mêlé (mais pas trop !)
BAGUETTE: Bois d’Orme, 27,7 cm, plume d’Abraxans
ANNÉE: 5ème année
PARTICULARITÉ: Une certaine propension à embellir les choses… Juste un peu.
TIC: colgate
AVATAR: Tad Hilgenbrink




Pour chacun vous préciserez le Nom, Prénom, Date de Naissance, sorcier(e) ou non, une courte histoire de leur vie, une vive description physique si nécessaire, son métier actuel, ses études (Dans quelle maison le Choixpeau les a-t-il envoyé ?) et leur situation actuelle (marié, divorcé, travail toujours ou pas....)

Le clan O’Reily a toujours été très soudé. Pour preuve, ils vivent tous ensemble, dans la grande propriété familiale, un petit château en pierre, perdu au milieu d’un paysage verdoyant, du nord de l’Irlande.

Dans la famille de Roman, on est sorcier, un point c’est tout ! … Et de préférence, de bonne souche. Au fil des décennies, quelques sang-mêlés sont apparus dans la lignée, mais jamais au grand jamais, un né-moldu ou un moldu, n’était venu entacher cette constance. Voleurs de pouvoir, voleurs d’histoire, voleurs de patrimoine, voleurs de secrets, voleurs de magie, voleurs, voleurs, voleurs, il n’y avait pas à revenir là-dessus !

~> LE PÈRE:Gregor O’Reily, sorcier de 57 ans, a effectué sa scolarité à Poudlard, chez Serpentard. Il dirige actuellement l’office des Portoloins, au département des transports magiques. C’est un homme plutôt strict, toujours très occupé par son travail, mais qui met tout de même un point d’honneur, à veiller à la bonne éducation de son fils. Pas vraiment démonstratif, il se montre malgré tout un père dévoué et Roman et lui s’entendent plutôt bien. Physiquement, ils se ressemblent beaucoup.

~>LA MÈRE:Meredith O’Reily (née Robinson), sorcière de 55 ans, a effectué sa scolarité à Poudlard, chez Serdaigle. Quand elle a rencontré Gregor, elle travaillait comme conjureuse de sort, pour la banque Gringott’s. Elle avait été envoyée par le célèbre Etablissement bancaire, fleuron de l’économie sorcière, pour aider la famille à ouvrir un vieux coffre oublié, retrouvé dans le dédale que représente, les souterrains du vieux château. Depuis la naissance de Roman, elle ne travaille plus, occupant le rôle de maîtresse de maison à pleins temps. S’occuper de la propriété n’est pas une mince affaire, contrairement à ce que l’on pourrait croire et elle s’en sort avec brio. Toujours tirée à quatre épingles, elle est d’une élégance rare et organise très souvent de fabuleuses soirées au château, où elle convie uniquement, ceux qu’elle estime faire partie, de la meilleure société sorcière. Il n’est pas rare également, qu’elle leur fasse profiter de ses talents de harpiste, lors de ces réceptions du plus grand chic ! Sûre d’elle, souriante, les gens auraient tord de la sous-estimer, en raison de ses traits délicats et de son corps menu. Mère comblée mais stricte, Roman est la prunelle de ses yeux et elle ne cesse de le porter aux nues, devant qui veut bien l’entendre… Ou pas d’ailleurs !

~>LE GRAND-PERE :Henri O’Reily est un vieux monsieur, d’un âge où l’on ne compte plus les années d’ailleurs et ceux qui voudrait lui demander une année de naissance, risquerait bien de se prendre un bon coup de pied aux fesses. Sorcier, il a effectué sa scolarité à Poudlard, dans la maison Serpentard. Souvent, il se vente d’avoir été l’un des camarades de dortoir de Voldemort, mais impossible de savoir, si c’est vraiment la vérité. Retraité depuis bien longtemps, il était le conservateur d’un musée fabuleux, où l’on pouvait retrouver des objets magiques, aussi anciens qu’originaux. Il a perdu sa femme peut avant la naissance de Roman et de sa cousine, une femme qu’il chérissait plus que tout. Après une longue dépression, il a reporté toute son affection sur son petit-fils, qui le lui rend plutôt bien. Plutôt alerte pour son grand âge, Henri est un excentrique aux convictions profondes, grand amateur de cigares, parfois colérique. Il semble avoir notamment grand mal à supporter la femme de son fils cadet, Katherine.

~> L’ONCLE :Ned O’Reily, sorcier de 51 ans, a effectué sa scolarité à Poudlard, dans la maison Gryffondor. Bien plus extraverti et ouvert que son frère aîné, Ned est un grand passionné de Quidditch. Dans sa jeunesse, il a d’ailleurs pratiqué ce sport en professionnel, et travaille désormais au département des sports et jeux magiques, où ses réelles fonctions semblent plutôt obscures. Pendant très longtemps, on l’a notamment soupçonné, de prendre des paris illégaux et s’il a pu garder son poste, au plus fort de cette histoire, ce n’est que grâce à l’intervention de Gregor, plutôt bien vu par les hautes instances du gouvernement magique. C’est lui qui a apprit à Roman l’art du vol et les subtilités du Quidditch. Depuis quelques années, l’oncle et le neveu sont un peu en froid.

~>LA TANTE :Katherine O’Reily (née Stevens) est une femme de 50 ans, d’une grande beauté et pourtant, d’une nature plus que discrète. Elle donne vraiment l’impression d’être un oiseau tombé du nid et Roman, pendant son enfance, ne l’a que très peu fréquentée, vu qu’elle passait la grande majorité de sa vie enfermée dans l’aile du petit château, qu’elle occupait avec sa famille, prenant grand soin d’éviter le plus possible, tous les membres du clan O’Reily, et son beau-père tout particulièrement. D’après le vieil homme, c’est normal d’être aussi bizarre, quand on est… Américaine ! Katherine et Ned sont désormais divorcés et elle ne vit plus au château.

~> LA COUSINE :Mary O’Reily, fille de Ned et Katherine. Roman et elle ont presque le même âge, nés seulement à quelques jours d’intervalle. Elle est la seule enfant, avec qui il avait véritablement des contacts, puisque la classe était faite à la maison, par des Précepteurs privés. Très proches, ils ont passé toute leur enfance à rejouer milles aventures, dans tous les recoins de la demeure familiale, profitant de chaque moment d’inattention de leurs précepteurs, pour leur fausser compagnie. Entre les deux enfants, c’était à la vie à la mort, bien plus que des cousins, presque frère et sœur. Depuis le divorce, Mary vit avec sa mère.








20 lignes minimum !


Le petit salon du premier étage était une pièce agréable, emplie de meubles anciens en bois sombre et dont les murs étaient recouverts d’étagères, où s’empilait tout un bric-à-brac de livres et d’objets étranges. C’est la que les hommes de la famille O’Reily s’étaient réunis, ce soir là, puisque Meredith était partie à l’une de ces fameuses réunions féminines, où il n’était question que de vaisselles, d’organisation de réceptions et de discussions interminables, sur les dernières rumeurs en vogue... Et comme bien souvent, Katherine passait sa soirée calfeutrée dans ses appartements, avec sa fille.

Face à son grand-père, son oncle assis tout près de lui, Roman, du haut de ses six ans, observait avec concentration un plateau de jeu quadrillé, le menton posé sur ses petits poings, ses coudes sur la table. Si sa mère avait été là, elle lui aurait probablement fait remarquer, que ça ne se faisait pas du tout, mais puisqu’elle était avec ses copines… Autant en profiter. Le silence n’était entrecoupé que par le crépitement du feu dans l’âtre et le bruit de papier froissé, que produisait le journal de son père, à chaque fois qu’il en tournait une page.

- Avance ta tour Roman !


La main de l’oncle Ned s’était avancée vers le plateau de jeu, mais Roman l’avait repoussée en râlant.

- Mais je sais euhhhh ! Touches pas à ma tour !


Faisant comme si ça avait été sa première idée, alors qu’il louchait plutôt sur sa dame depuis un sacré long moment, le petit garçon avait déplacé la pièce finement ouvragée, que l’adulte lui avait indiquée. Le regard plein de défi, il avait alors souri à son grand-père.

- A toi !

- Dis-donc Roman !


Le visage de l’enfant s’était immédiatement tourné dans la direction de son père, qui venait de reposer la gazette du sorcier, où une nouvelle promotion de Percy Weasley était annoncée en caractère gras, juste au-dessus d’une photo, où il arborait un sourire satisfait.

- Madame Pembrock m’a dit que toi et Mary, vous aviez disparus pendant deux bonnes heures cet après-midi.

- On l’aime pas Madame Pembrock, elle sent la chèvre !

- Je n’en ai rien à faire, tu as plutôt intérêt à te montrer sage demain, les bons précepteurs ne sont pas si faciles à trouver.

- Drôle de bonne préceptrice qui sent mauvais ! Tssss


D’un geste assuré, Henri venait de placer l’un de ses cavaliers, sur la case qu’occupait la tour blanche de Roman. Aussitôt, l’édifice sembla éclater en mille petits morceaux, retombant avec un bruit mat, sur le plateau de jeu. La bouche légèrement entrouverte, les yeux écarquillés, captivé par le spectacle, le petit garçon avait quand même fini par se tourner vers son oncle, les bras croisés sur sa poitrine, un air boudeur sur le visage.

- Non mais c’est ta faute ça !

- Mais…


La conversation fut soudainement interrompue, par un bruit strident, provenant d’un grand miroir posé en équilibre, sur l’une des étagères. Roman se hâta de se lever et se dépêcha d’aller récupérer la petite glace qui vibrait. Au petit pas de course, il le ramena et le posa devant son grand-père.

- Des moldus viennent de passer la grille.


Vaguement intéressé, Gegor avait reposé son journal encore une fois, jetant un coup d’œil à l’image qui se reflétait sur le verre, celle de deux adolescents, une fille et un garçon. Soulevant un sourcil, il en était finalement revenu à a son article.

- Viens Roman, on va les chasser !


Le patriarche de la famille s’était finalement levé, présentant sa main à son petit-fils, qui avait regardé alternativement, son père et son oncle.

- Vous ne venez pas ?

- Des gamins, trop facile !

- Parfois, ce sont les plus coriaces…

- Tsss, Dix Gallions qu’ils ne dépasseront pas le vieux chêne blanc.

- Tenu !


Roman avait vu son père et son oncle se sourirent, jute avant que son grand-père ne l’entraîne derrière lui, vers la porte. Dans la région, tout le monde disait le vieux château hanté, ce qui arrangeait bien la famille. Il y avait cependant des petits curieux, régulièrement, qui s’aventuraient sur leurs terres, dans l’espoir d’avoir quelques sensations fortes, plus particulièrement, quand on approchait de la période d’Halloween. Alors, autant en profiter un peu pour leur donner ce qu’ils recherchaient tant, une frousse bleue ! Un jeu, ou presque, terroriser les moldus idiots, en manque de sensations fortes, restait l’un des derniers plaisirs encore légal dans le monde magique, quand il s’agissait de remettre ces animaux à leur place.

***


C’était une occasion très spéciale, que toute la famille fêtait ce soir là et pour une fois, ils s’étaient tous retrouvés autour de l’immense table, de la grande salle à manger. Henri avait insisté pour que tous soient présents, Katherine y compris et il avait sorti son plus vieil hydromel, un cru de derrière les fagots, qu’il réservait justement pour ce jour-là ! Surexcité, Roman ne tenait plus en place et dédaignait complètement la soupe de petit pois, servie en entrée, par le vieil elfe de maison, qui s’occupait de la cuisine depuis des siècles, pour le clan O’Reily.

- Roman, mange ta soupe !

- Oui Maman…


Meredith avait essayé d’user d’un ton sévère, mais elle avait bien du mal, elle aussi, à cacher l’étincelle de fierté qui brillait dans son regard, à chaque fois qu’elle le posait sur son fils. De son côté, le petit garçon s’était dépêché d’avaler une cuillérée du potage, avant de reprendre, enthousiaste :

- Et là, ben le gâteau du dessert à explosé, BANG ! Et Madame Pembrock s’est retrouvée pleine de crème glacée… Et même qu’elle avait une fraise en équilibre sur ses lunettes !


Et le plus beau dans tout ça, c’était que tout le monde avait été si content de découvrir, qu’il était désormais un véritable petit sorcier, que lui et Mary n’avaient même pas été punis, pour avoir fait courir le vieille chèvre de préceptrice dans toute la propriété, afin d’échapper au cours de mathématiques !

- Elle va certainement sentir meilleurs désormais !


Henri avait éclaté de rire, alors que son fils aîné lui lançait un regard agacé, accompagné d’un soupir qui oscillait entre l’amusement et l’exaspération.

- Bof !

- Roman !


Sa mère, cette fois, n’avait pas paru amusée et c’est la petite Mary, qui avait finalement sauvé son cousin.

- Alors, ça veut dire que Roman va recevoir sa lettre de Poudlard ? Elle arrivera bientôt ?

- Pas tout de suite non, quand il aura onze ans !

- Rah c’est trop long ! J’espère que je serais à Serpentard, comme grand-père !

- Serdaigle, c’est très bien aussi !

- Et toi tante Kathy, y avait aussi des maisons, dans ton école, aux Etats-Unis ?


La femme de Ned avait sursauté à telle point, en entendant qu’on s’adressait à elle, qu’elle en avait laissé tomber sa cuillère dans sa soupe, éclaboussant copieusement la nappe blanche.

- Je… Euh…

- C’était pas tout à fait le même système Roman.


Ned était finalement venu au secours de sa femme, tout en lui lançant un regard noir.

- Ah bon, comment vous faites alors, vous êtes tous dans les mêmes dortoirs ?

- Je… Oui, enfin, il n’y a pas vraiment de… Dortoirs.

- Ben où vous dormez alors ?

- Et bien, c’est-à-dire…


Interrompant brusquement la conversation, Henri avait abattu violemment son point sur la table, rouge de colère, braquant ses grands yeux gris sur sa belle-fille.

- Bon sang Katherine ! Même pas capable de donner le change face à un gamin, après toutes ces années ! Mais qu’est-ce que vous avez dans la tête ?! Hors de ma vue !

- Papa…

- Ca suffit ! Je ne veux plus la voir à ma table, dehors !


Le vieil homme s’était levé, braquant son indexe en direction de la porte. Katherine, elle, était sortie de table avec le peu de dignité qu’il lui restait, avant de s’enfuir franchement, n’osant même pas jeter un seul regard à son beau-père. Les larmes aux yeux, Mary avait finalement suivit sa maman, sous le regard complètement perdu de Roman. Les autres adultes, eux, n’avaient pas bougé et si Ned se contentait de regarder obstinément son assiette de soupe, Meredith et Gregor ne paraissaient pas touché le moins du monde, par ce qui venait de se dérouler sous leurs yeux.

Quand son grand-père s’était finalement rassis, le petit garçon avait tout de même tenté…

- Est-ce que…

- Roman, mange ta soupe !


Cette fois, le ton de sa mère ne tolérait nulle bravade, c’était certain !

***


Ces dernier temps régnait au domaine O’Reily, une tension presque palpable. Tous les membres de la famille étaient nerveux et pour une fois, même Roman et sa cousine, pouvaient aisément comprendre pourquoi. Oh, les pouvoirs magiques tardaient à se manifester, chez la petite Mary, mais ils finiraient bien par arriver... On n’avait jamais eu de Cracmole dans la famille, jamais !

Mais il faut croire qu’il y a un début à tout…

C’est un soir d’orage, que le terrible secret finit par retentir, comme un écho aux coups de tonnerre, entre les murs du château. Debout au milieu de grand hall d’entrée, Katherine hurlait tout en pleurant, tenant sa petite fille par une main, une grosse valise dans l’autre. Roman n’était pas sensé assister à tout ça, mais ce n’était pas à lui, qu’on allait empêcher de se faufiler, pour voir la scène de l’une de ses cachettes préférées, sous prétexte que c’était une histoire de grands. Moldue ! Kathy était une moldue ! Et quand le petit garçon entendit le terrible aveu, proféré comme une insulte, il comprit enfin. Les sous-entendus de son grand-père, le fait qu’il n’avait jamais vraiment vu sa tante exécuter le moindre sortilège, qu’elle préférait se cacher pendant les réceptions… Tout prenait un sens ! Si elle avait finalement été acceptée dans la famille, sous couvert du secret le plus total, c’était parce que sa grand-mère au cœur trop tendre, sur son lit de mort, avait supplié Henri de tolérer la présence de cette femme… Mais désormais tout avait changé ! Parce qu’elle avait infecté la famille, parce qu’à cause d’elle, Mary ne serait jamais une sorcière, parce qu’elle leur avait volé leur précieux patrimoine magique, pour l’offrir, peut-être, à un futur moldu, par le sang de sa fille.

Après le départ de sa cousine et de sa tante, un terrible dilemme s’imposa au petit garçon… Des moldues… Non, une moldue et une cracmole ! Malgré tout, il aimait toujours Mary, ce n’était pas sa faute, si sa mère était un animal, plutôt celle de son oncle Ned, qui avait tout de même voulu la prendre pour femme. Un matin, il décida de réaliser l’impensable : fuguer pour la retrouver et la ramener ! Après tout, il y avait peut-être un traitement, sa cousine n’était quand même pas une véritable animal, elle avait du sang de sorcier dans les veines, et pas n’importe lequel, celui des O’Reily !

Le plan était compliqué, mais pour ses dix ans et demi, il se montrait déjà aussi malin que roublard. Pour trouver la nouvelle adresse de sa tante et de sa cousine, il avait du s’introduire dans le bureau de son oncle. Pas compliqué, avec Mary, ça faisait belle lurette, qu’il avait trouvé cette petit cache, derrière la grille d’aération, à laquelle on pouvait accéder facilement, depuis la bibliothèque. Moins facile, pouvoir se rendre dans ce petit village à plus de vingt kilomètres, où elles résidaient désormais… Américiane, tu parles ! C’était dans cet endroit, que Kathy avait grandit et que son oncle Ned, l’avait rencontrée, par hasard. Il avait dû marcher longtemps, sur cette route de campagne peu fréquentée et finalement, quand un moldu s’était inquiété de lui, il avait donné l’adresse de Kathy et Mary à l’homme, lui demandant de le raccompagner chez lui.

Parler à cet animal était déjà un immense sacrifice, monter dans cet engin démoniaque qu’on nommait voiture, en fut un autre et il espérait que Mary saluerait son courage, au moins ! Il avait cru mourir une bonne centaine de fois, pendant le voyage, pourtant pas si long… vingt minutes, vraiment ? Il avait l’impression que ça avait duré vingt heures !

En le découvrant sur le pas de sa porte, sa tante avait été furieuse, mais pas au point, tout de même, de ne pas le raccompagner chez lui !

Debout dans le hall, Roman attendait Katherine devant la porte, regardant Mary avec une certaine gêne. Maintenant qu’il l’avait en face de lui, le long discours qu’il lui avait préparé, ne lui semblait plus aussi brillant et pertinent, qu’au moment où il l’avait rédigé, dans son cahier d’exercice de mathématiques, pour être sûr de ne rien oublier. Sa soudaine application avait même drôlement étonné Madame Pembrock et après lui avait retiré les quelques pages de force, elle avait soupiré… Et ne l’avait même pas grondé ! Il l’avait détestée sur le moment, il aurait cent fois préféré qu’elle le dispute, plutôt qu’elle prenne cet air compatissant.

- Pourquoi t’es venu Roman ?


Finalement, elle avait peut-être toujours été la plus courageuse des deux et il s’était dépêché de s’approcher, avant de prendre une profonde inspiration.

- Ben je suis venu te chercher Mary, tu peux pas rester là, t’as vu comment c’est ici ? T’es pas une moldue !

- Bien sûr que j’en suis une, Roman.

- Mais non, toi tu es la fille d’un sorcier, tu es une O’Reily, c’est ta mère qui…

- Ma mère qui quoi ?

- Tu sais bien, c’est… C’est un animal, tu peux pas rester vivre avec elle, comment tu peux te contenter de ça ! On devait aller à Poudlard tous les deux, toi et moi, tu te souviens ?


Mary avait les yeux pleins d’eau et il crut un moment, qu’elle allait pleurer leur avenir commun, irrémédiablement perdu. Sa réponse avait eu l’impact d’une gifle.

- Tais-toi ! T’es méchant et tu comprends rien ! Je suis bien contente de pas être comme toi, d’être comme maman ! Je suis bien contente de pas être un monstre !


Elle s’était enfuie dans le long couloir, avant de claquer la porte de sa chambre avec fracas. Le trajet du retour c’était fait dans un silence de plomb. Si Katherine avait entendu leur conversation, elle n’y fit aucune mention. Une grosse boule c’était formée au fond de l’estomac de Roman et le dernier mot de sa cousine, ne cessait de résonner dans sa tête. Un monstre, un monstre !

Quand l’ex-femme de son oncle arrêta finalement son engin du diable devant les grandes grilles du château et qu’il en sorti, sa tristesse s’était transformée en une colère noire. Juste avant qu’il ne claque la porte, la voix de Kathy avait résonné, bien plus assurée qu’il ne l’avait encore jamais entendue jusque là.

- Ne l’approche plus jamais ! Jamais !


Elle avait démarré sur les chapeaux de roues, faisant crisser les pneus sur le gravier. A partir de ce jour-là, tout ce que lui avait toujours enseigné ses parents et son grand-père, prit un véritable sens pour Roman ! Trahi, trompé, volé, les moldus étaient tous des animaux, des inférieurs, des ennemis !

***


« Lâche-moi l’animal ! »


La première année à Poudlard, quand on connait personne, c’est vraiment la galère et plus encore pour quelqu’un comme Roman, qui se devait de surveiller ses fréquentations. Il le savait, les animaux parvenaient à s’infiltrer partout de nos jours, cachés, même, dans les meilleures des familles sorcières ! Plus rien n’avait jamais été pareil, après le départ de Mary… Sa cousine était partie pour les Etats-Unis avec sa mère… Les divorces, cette terrible plaie de nos sociétés modernes ! La fille de Ned avait probablement du être admise à Salem, elle se montrait déjà tellement incroyable, alors que sa magie n’était qu’instinctive… A force de mensonge, on finissait par y croire, à certains moments et Roman aurait préféré souffrir mille tourments que d’avouer, ce qui c’était réellement passé. Alors, il imitait les autres, ses parents, son grand-père et même son oncle Ned, à qui il vouait désormais, une rancune tenace. Tout ça, dans le fond, c’était entièrement de sa faute.

Il ne s’était pas fait beaucoup d’amis dans son nouvel environnement. Il avait surtout observé, s’était renseigné. Lors de son premier cours de botanique, il avait du faire équipe avec cet animal de Lacey ! Comment est-ce qu’il aurait pu deviner, qu’elle était née-moldue ? Malheureusement, ce n’était pas inscrit sur leur front ! D’abord méfiant, il avait finalement baissé la garde devant ses remarques amusantes. Ce ne fut qu’à la fin de l’heure, qu’il comprit, par une maladresse de la fillette, que le monde de la magie n’était pas le sien. Qu’est-ce que c’était qu’une Mandragore ? Sans rire, il fallait vraiment être un animal, pour se poser une question aussi stupide.

Manque de chance pour lui, elle était en plus du genre pot de colle ! Persuadée de s’être fait un ami à la vie à la mort, elle n’avait pas arrêté de le suivre ou de l’observer de loin, avec un petit air rêveur… Non mais, oh, qu’est-ce qu’elle s’imaginait là ? Le pire, c’était qu’il ne pouvait pas lui dire sa façon de penser devant tout le monde, vu que dans cette école, tous les professeurs, étaient des amis des animaux ! Quand au deuxième cours de botanique, il avait catégoriquement refusé de travailler avec son ancien binôme, Londubat l’avait déjà regardé avec un drôle d’air !

Pendant la défense contre les forces du mal, il avait même entendu deux élèves de Serpentard, les qualifier, lui et Lacey, d’amis… Insupportable ! A la fin du cours, il s’était approchée d’elle, l’avait prise par le bras et entraînée dans un couloir désert. Dès qu’il fut persuadé qu’ils étaient seuls, il la lâcha, un air dégouté sur le visage… Il avait du la toucher ! Après avoir essuyé sa main sur le pantalon de son uniforme, il s’était approché de la petite blonde, qui le regardait avec de grands yeux étonnés, avant de sortir sa baguette et de la pointer sous sa gorge. Son bras n’avait pas tremblé une seule seconde, sa voix non plus

- Si tu m’approches encore, je te lance en sortilège de bloque-jambes et je te jette dans le lac ! Compris la sang-de-bourbe ?


Du bluff, il n’était même pas sûr de vraiment parvenir à exécuter ce sortilège, qui lui semblait encore bien compliqué, mais Lacey avait hoché la tête, des larmes aux bords des yeux. Il avait finalement soupiré dédaigneusement et était reparti, sans même lui accorder un seul regard. Non mais qu’est-ce qu’elle croyait celle-là ? Il était un O’Reily !

***


« Sans dec Cid, moi j’suis toujours cap, si c’est avec toi ! »


Non, cette première année n’avait pas vraiment été de tout repos ! Il avait quand même pu nouer quelques connaissances pas trop mauvaises et appris quelques sorts, vraiment cool, comme le sortilège de lévitation. Voilà qui allait drôlement lui faciliter la tâche, pour piquer l’un de ces gros cigares, que son grand-père affectionnait tant. Fumer, ça, c’était un truc d’homme et il avait hâte d’essayer !

Malgré tout, Mary avait laissé un grand vide dans sa vie… Vide qui fut finalement comblé, et plus encore, par Cid, l’année suivante. Un simple échange dans le Poudlard Express lui avait fait comprendre que cette fille-là n’était pas comme les autres, vraiment ! Du cran, elle en avait à revendre, et des convictions qui se mariaient parfaitement aux siennes. A la vie à la mort, sa petite bohémienne aux fringues dépareillées, jamais personne ne la lui prendrait. Cap, ou pas cap ? Avec elle, c’était toujours cap ! Le fameux cigare atroce, fauché par ses soins au cours de l’été, c’était avec elle qu’il l’avait partagé, planqué derrière un des murets du grand parc de Poudlard… Il ne savait pas pour elle, mais cette nuit là, il l’avait ensuite passée, le teint verdâtre, malade comme un chien, au-dessus de la cuvette des wc… Mais ce n’était pas le genre de chose à dire, encore un truc à cacher ! Le lendemain il avait fait bonne figure et lui avait promis qu’ils renouvelleraient l’expérience, clin d’œil et sourire convaincu, accrochés au visage. Il l’avait appris très jeune, parfois, mieux valait arranger un peu la réalité.

Et puis, on grandit… Et il n’était pas question qu’il laisse le premier nigaud venu, voler à Cid son premier baiser, sur un pari stupide ! Non, le pari stupide, c’était contre lui qu’elle devait le perdre, une obligation ! Pas non plus envie de passer pour un idiot, il s’était entraîné d’abord avec Eloïse Lloyd… Assez longtemps… Et avait bien manqué, pour la peine, se faire refaire le portrait par Clint ! Heureusement pour Roman, on le dit beau-parleur… Lui préfère se dire qu’il a un certain talent de persuasion et un don inné pour les bonnes histoires, qui le sortent de bien des mauvais coups…

Et il l’avait eu ! Le premier baiser de Cid… Et il avait eu l’impression que c’était aussi le sien, finalement. Stupide, probablement, mais c’était comme si le temps s’était arrêté ! Il avait du faire se faire violence pour la laisser s’échapper et une fois les yeux ouverts, il avait souri, mêlant finalement son rire au sien. C’était qu’un pari… Oui, peut-être ! Amis à la vie, à la mort, non ?

Il y avait eu des filles pour lui, des filles et des garçons pour elle… A vrai dire, si le penchant de Cid pour la gente féminine l’amusait franchement, pour les mecs, il préférait ne pas savoir, voir, ne même pas y penser ! Le plus important, de toute manière, c’était eux et les autres, finalement, importaient bien peu.

Ce jour-là, en sortant des trois-balais avec des amis et sa petite-amie de l’époque, son regard avait été attiré, par un petit objet en vitrine, dans l’une des boutiques de Pré-au-Lard. C’était un petit porte-clés en forme de trèfle à quatre feuilles, qui ne coûtait que quelques noises… Soupirant, Roman avait compté les semaines, qui le séparaient encore de l’anniversaire de Cid ! C’était mort, jamais elle n’accepterait et jamais il n’aurait la patience d’attendre jusque là, pour le lui donner.

- Manny, tu fous quoi ?


Il avait maugrée, agacé, ne tournant même pas la tête en direction de ses amis, agitant juste un bras exaspéré, pour leur faire comprendre de dégager.

- C’est bon, partez devant, j’vous rattraperais.


Bah, il trouverait bien un moyen pour faire passer le truc. C’était bizarre, mais dès qu’il avait vu le petit objet en terre cuite, il avait pensé à elle. C’était un porte-bonheur et puis… C’était Irlandais, comme lui !

Il ne l’avait pas entendu arriver et il avait jeté un regard étonné à la petite blonde, qui était venue s’agripper à son bras, posant sa tête contre son épaule, avant de fixer à nouveau, la vitrine devant lui.

- J’voulais pas partir sans toi.

- Hum mm.

- Y a un truc qui te plait ?

- Le trèfle.


Elle avait levé son visage vers lui, fronçant les sourcils, avant de finalement sourire.

- C’est pour moi ?

- Non, c’est pour Cid !


Elle avait relâché son bras, visiblement en colère, attendant probablement qu’il lui dise que ce n’était rien, que ça n’avait aucune importance. Il s’était contenté de hausser les épaules, avant d’entrer dans la boutique. Ca avait sonné le glas de leur relation… Mais quelle importance, après tout, celle-là, elle lui avait déjà donné tout ce qu’il attendait d’elle.

Cap, ou pas cap, de faire accepter ce cadeau à Cid ?










Pour les 6ème et 7ème années seulement

• Sortilèges:
• Défenses contre les forces du mal:
• Métamorphose:

• Potions:
• Botanique:
• Soins aux créatures magiques: (Facultatif)

• Divination: (Facultatif)
• Arithmancie: (Facultatif)
• Rune: (Facultatif)

• Histoire de la magie:
• Étude des Moldus:
• Astronomie: (Facultatif)




15 lignes minimum !



- Ca y est, Roman m’a invitée au bal de Noël !

- Nan ?

- Si !

-Ah
AhAhAhAhAhAhAhAhAh

Roman, on le dit plutôt beau garçon ! Du genre qui fait crier les filles en deux teintes de rose et qui pourtant, se coltine une réputation de dragueur invétéré ! Vous voyez ? Le genre qu’elles pensent toutes sauver, pour le ramener dans le droit chemin, mais qui finalement, après trois petits tours, leur dit toujours de s’en aller !

Plutôt grand pour son âge, sportif, il est taillé comme la plupart des joueurs de Quidditch… D’après les groupies, il parait qu’il faut avoir des abdominaux en béton, pour se tenir correctement sur ces balais, alors, c’est certainement vrai ?! Brun, si de par sa stature et ses traits anguleux, il ressemble beaucoup à son père, il a par contre hérité des yeux bleus de sa mère. Des marques de naissance, des cicatrices ? Juste une, le long de son tibia gauche, résultat de l’une de ses aventures enfantines, dans les sous-sols du Château O’Reily, en compagnie de sa cousine…

***

- Tu vois qui c’est, Roman O’Reily ?
- Ce connard prétentieux ? Evidemment que je vois qui c’est !


Etrangement, le charme naturel de Roman semble avoir bien plus d’impact sur les filles, que sur les garçons ! Qu’importe ! Ce que tout le monde ou presque prend pour de la vanité ou de l’arrogance, lui préfère se dire, que c’est juste une manifestation normale, de sa confiance en lui. Le monde est pleins de jaloux (et d’ani… d’Américains), c’est bien connu ! La vie ne fait pas de cadeau, alors ce qu’elle vous offre, il faut le prendre, même si ça ne plait pas à certains. Quand Roman veut quelque chose, que ce soit le dernier balai à la mode, qu’on lui lâche les baskets ou cette fille plutôt mignonne et déjà prise, il n’y pas grande chose qui puisse le faire reculer, afin de l’obtenir.

Très tôt, Roman a compris qu’il n’était pas toujours bon d’être trop honnête, surtout dans un monde comme le leur. Ce n’est pas vraiment mentir, non, c’est embellir ou tout simplement, ne rien dire ! Si la grande majorité du temps, il donne l’impression d’être un mec plutôt relax, il a cependant beaucoup de mal à tolérer qu’on lui prenne la tête pour des futilités, ou pire encore, qu’on essaie de le convaincre, « que les moldus sont nos amis ! ».

Studieux mais pas trop non plus. Il a envie de faire honneur à son nom et de devenir un très bon sorcier, mais a toujours tendance à se laisser légèrement dévier de son objectif, par les plaisirs de la vie ou un coup tordu bien trop tentant. Son indolence naturelle en fait un garçon bien moins engagé que Cid. Il partage ses convictions mais ne semble pas encore prêt, à se démener pour rameuter les troupes.

La jalousie est un vilain défaut, mais Roman parvient encore relativement bien, à cacher la sienne. Enfin, presque toujours…

Quant à sa loyauté, elle ne va qu’à sa famille (à l’exception peut-être de l’oncle Ned et de ses … Américaines) et à Cid !











5 lignes minimum !


Il y a des choses qu’on aime…

Le Quidditch ! Le sport sorcier par excellence ! Roman aime ça depuis tout petit et n’a eu de cesse, depuis son premier balai jouet, de tanner son oncle Ned, ancien professionnel, pour qu’il lui apprenne tout ce qui ferait de lui un bon joueur.

Les Sortilèges ! Tout étudiant a une matière préférée, non ? Celle de Roman, c’est celle-là ! Et quand on aime on ne compte pas les heures d’entraînement, c’est un peu comme au Quidditch et ça n’a rien à voir avec l’histoire de la magie.

Les filles ! Faut-il vraiment dire pourquoi ? colgate

Les cigares Irlandais de grand-père ! Si si… J’vous assure que oui !

Le jus de citrouille ! Nature… impossible de s’en passer, si on veut bien commencer la journée. Un peu corsé… il est idéal pour commencer une bonne soirée !


Peut-être même un peu trop !

CID


D’autres qu’on aime un peu moins…

Les Bavboules ! C’est sale et c’est pour les crétins !

L’étude des moldus ! Ok, il est toujours bon de connaître son ennemi mais tout de même, faut pas pousser !

Les gens qui sentent mauvais ! Vieille phobie enfantine.

Les mecs qui approchent un peu trop près de Cid ! Parce que les mecs il les connait hein, tous des connards !

La soupe de petits pois ! Il lui trouve un goût un peu amer, pas vous ?

La bièreaubeurre ! Un truc pour les mauviettes ça !


Et certaines qu’on peut carrément pas supporter !

LES MOLDUS ET LES SANG-DE-BOURBE









Comment avez-vous connu le forum ?: (Cochez la case qui convient)

• Top site []
• Forum de Pub []
• Bouche à oreille []
• Autres [x]
• Si autres, précisez : TC
Depuis combien de temps faites-vous du RP ? Depuis que WOP existe

MOT DE PASSE : OK colgate (by Rose)

Une dernière remarque ? Très beau MP de Bienvenue Razz


Dernière édition par Roman O'Reily le Mar 19 Juin - 19:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roman O'Reily
Serpentard 5e année
 Serpentard  5e année
avatar

∎ Localisation : Habillé (enfin) au rez de chaussée.
∎ Humeur : Amoureux et marié
∎ Vie Sociale : Ma Femme (façon de dire, mais on fait genre), Cid ♥️
Ma compagne de beuverie, Law
Mon presse-livres, Howell
Ma plaie de dortoir, Fred Weasley
Ma plaie tout court, Vivi
Ma famille, irlandaise, pure-souche, exclusivement
Mes camarades de dortoir, pas l'choix
Mon pote de débauche, Lennis
Ma directrice de maison, aïe


MessageSujet: Re: Roman O'Reily [ACCEPTÉ] ~ Serpentard (5e année)   Mar 19 Juin - 11:40


J’ai fini ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cid N. Manning
Serpentard 4e année
 Serpentard  4e année
avatar

∎ Localisation : Avec Jill et Manny
∎ Humeur : Indécente, il parait. (Non, c'est sûr)
∎ Vie Sociale : à la vie, à la mort :
Manny, Manny et Manny ! lapinerie !

Les Dominants :
Roman O'Reily ♥️
Placide "Jill" Liners ★★★
Teigneux Jr. Eastwood ★
Cap'tain Marrant Liners ★

Les autres :
Frog Blackson ★★★
Len' Karington ★★
Toby "le gaucher" Goyle ★★
(PNJ) Caméléon Borden ★★
(PNJ) Raisonnable Knoles ★★
(PNJ) Manic Tarentule Grimm ★
(PNJ) Miss Garland
Dents d'lapin Pettigrow
Bébête Rivera -
Grosse-tête Weasley - -
(PNJ) Crevard Denton - -
(PNJ) Morue bouboule Delaway - -

La lie :
La chèvre Cooper
(PNJ) Quatre-pattes Turner et son frère miss monde
(PNJ) Molosse Sleeman
Toutes les bestioles...


MessageSujet: Re: Roman O'Reily [ACCEPTÉ] ~ Serpentard (5e année)   Mar 19 Juin - 14:53

Aaah il est parfait kalin
Les flashback sont super bien choisis, on comprend tout de suite son histoire et son évolution ! J'adore =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annah Jones
Professeur De Métamorphose
Professeur De Métamorphose
avatar

∎ Humeur : Mauvaise dernièrement
∎ Vie Sociale : Compliquée, multiple, paradoxale et controversée

MessageSujet: Re: Roman O'Reily [ACCEPTÉ] ~ Serpentard (5e année)   Mar 19 Juin - 15:14

Puisque Cid n'a pas l'air d'avoir de réticences, alors je valide, le choixpeau ne va pas tarder Wink

________________________________________________
Mlle Jones/Liens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le Choixpeau Magique
Modérateur
avatar


MessageSujet: Re: Roman O'Reily [ACCEPTÉ] ~ Serpentard (5e année)   Mar 19 Juin - 15:27

La nouvelle génération du clan des O'Reily mh ? Un épicurien, oh vous devez tenir ça de votre grand père, hum hum... Un peu d'indolence par-ci par-là, mais tenace à l'envie. Intelligent, fier de ce que vous êtes. Comme votre père, et votre grand-père avant vous, vous irez à SERPENTARD !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Roman O'Reily [ACCEPTÉ] ~ Serpentard (5e année)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Roman O'Reily [ACCEPTÉ] ~ Serpentard (5e année)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
World of Poudlard (Le retour de Poudlard) :: POUR COMMENCER :: Votre fiche de présentation :: { Présentations acceptées }-